LES AGENTS «DERNIER CRI» : lire la menace

Une nouvelle réalité

Les terroristes adaptent leur stratégie de guerre urbaine pour créer un sentiment de peur et les fauteurs de troubles sont de plus en plus nombreux dans les manifestations et les festivals. Les menaces terroristes inquiètent la population et sèment la peur de se retrouver en groupe. Ce ne sont là que quelques exemples des nouvelles réalités avec lesquelles les autorités et la sécurité ont à composer. Les citoyens doivent également prendre davantage conscience de leur environnement. Le besoin est réel et urgent de démontrer que l'on est actif dans l'intégration de nouvelles mesures de prévention.

Parallèlement aux progrès technologiques qui sont importants et nécessaires afin de prévenir la menace, nous devons également nous assurer que la formation que reçoivent les agents de surveillance sur le terrain soit elle aussi à la fine pointe des dernières recherches et découvertes entre autre par la Synergologie, en ce qui a trait au domaine de l’analyse du comportement humain.basdepage CELLULE SCAN f119b

Par exemple, dans les aéroports, où des agents sont positionnés à des endroits spécifiques afin de scruter la foule ou même dans les gares, où ceux-ci sont présents, habillés en civil parmi le public. Les agents israéliens, entre autres, ont compris depuis longtemps que la base de la compréhension d’un humain passe par… un humain! Ils utilisent plusieurs niveaux de sécurité, des systèmes de reconnaissance et de nouvelles technologies, mais n’ont jamais mis de côté l’analyse du comportement faite par leurs propres agents.

Regarder sans voir
À la suite d’exercices d’observation dans des endroits publics, certains SCAN s’aperçoivent qu’ils étaient précédemment aveugles face aux nombreux indices de menaces potentielles qui défilent constamment sous nos yeux. Pourquoi ont-ils soudainement l’impression d’être témoins de dizaines de comportements suspects dans des endroits qu’ils fréquentent pourtant régulièrement?

D’autres SCAN, qui, par leur carrière dans le domaine de la sécurité, ont été préalablement formés à être soucieux de leur environnement en tout temps, ont quant à eux l’impression de voir plus clair.

L’intuition, l’instinct, le jugement sont maintenant outillés par des termes, des gestes, des indices, des codes. Comment se fait-il que leurs observations semblent se préciser et leurs intuitions devenir plus tangibles ? Parce que les dernières découvertes sur l’analyse du comportement se précisent, se transmettent par formation et deviennent nécessaires à mieux comprendre notre réalité.

Quelques exemples
Prenons en exemple l’observation de deux individus qui discutent ensemble. Ceux-ci jettent plusieurs regards aveugles [1] dans différentes directions. Leurs mouvements sont en monorythme avec une vitesse presque lente, nous indiquant un corps 5[2], c’est-à-dire en contrôle et rigide. Un des deux individus fait une microdémangeaison de la joue, nous signalant de l’agressivité. Nous pouvons également observer certains micromouvements de rejet tels que l’épaule qui sursaute, un grattement en dessous du nez[3] vers l’extérieur et la main en position M4 (axe du poignet à 90 degrés incluant la paume de la main vers l’autre). Le rythme des mouvements augmente légèrement pour l’un d’eux et ses regards se font plus rapides. Soudainement, les deux hommes se quittent en se dirigeant dans des sens opposés et sans se regarder. Tous ces indicateurs accumulés deviennent concrets dans l’analyse d’une menace afin d’éviter faux positifs.

Un autre exemple lors d’une entrevue d’un tueur en série par une journaliste: celui-ci manque d’ancrage et se repositionne sur sa chaise alors qu’on lui demande si ses meurtres étaient prémédités. Il prend alors sa main droite en otage avec son autre main. Le coté droit du corps, étant celui du contrôle et de la rationalité; tandis que celui de la spontanéité de l’émotion s’exprime avec le côté gauche du corps. Sa main droite ainsi prise, cela nous indique un contrôle du discours, une filtration des propos et la rationalisation de l’émotion. Nous devons prendre note de cette observation ainsi que de la question posée au moment de sa réaction non verbale et adapter le questionnement en fonction des gestes observés. Il prétendra plus tard avoir tué entre 85 et 100 femmes. Encore une fois, l’accumulation de ces indicateurs est important dans l’avancement d’une enquête. Observer les mouvements du corps nous permettra de mieux questionner parce que la direction des gestes à un sens, parce que le rythme des mouvements est important, parce que le choix de la main est important.[4]

SCAN SYNERGOLOGIE CHRISTINE GAGNON 1

En conclusion

Grâce à des années de recherche et de travail méticuleux, des règles de lecture rigoureuses ont été mises en place afin de permettre de lire l’humain par sa gestuelle, tout en déconstruisant certaines croyances populaires et de mettre cette discipline qu’est la Synergologie[5], à l’usage, notamment de la sécurité.

Que ce soit pour la surveillance de foule, l’interrogatoire, le visionnement de vidéos et de caméras de surveillance, l’observation d’un suspect ou d’une interaction, la prévention terroriste, la gestion de crise et de situation dangereuse ou autres, l’analyse du comportement non verbale par la Synergologie est un complément logique au travail des divers agents de sécurité en ce qui a trait à la lecture de la menace.

L’heure est à la prévention par la formation d’agents «dernier cri» capables de lire la menace.

_______
Les Serivices SCAN : http://www.christinegagnon.ca/fr/cellule-scan


[1] Recherche de masses marquantes de couleurs mais ne permet pas de valider l’environnement. SCAN analyse 9 types de regards. Mikhail Ozerski (2013) La recherche du danger. RAPPORT Synergologique, Montréal

[2] En Synergologie, la théorie des «7 corps» explique l’attitude corporelle incluant la tonicité des muscles et le contrôle ou la surparticipation des gestes. Ce module a été créé afin de différencier les mouvements d’une personne stressée versus une personne qui cache de l’information.

[3] Morris, Desmond, Peoplewatching: The Desmond Morris Guide to Body Language, Vintage Books, 1997, 508 pages.

[4] Niedenthal, P.M., Barsalou, L.W., Winkielman, P., Krauth-Gruber, S., & Ric, F. (2005). Embodiment in attitudes, social perception, and emotion. Personality and Social Psychology Review, 9, 184-211.

[5] Philippe Turchet, Docteur en Sciences du Langage, spécialiste du langage non verbal et fondateur de la Synergologie http://www.institutquebecoisdesynergologie.com/lequipe-2/