DONALD TRUMP vs HILLARY CLINTON – LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES (3 de 3)

Débat ultime : Trump vs. Clinton 


Leur troisième et dernier face-à-face , à l’université du Nevada à Las Vegas.

Cliquez ICI pour un résumé des débats précédents

Analyse du langage corporel des deux candidats à la présidentielle Américaine lors de ce débat final du 19 octobre.

Les premières minutes

Pour la première fois, Hillary Clinton semble plus anxieuse que Donald Trump lors de la première demi-heure du débat. Son visage est un peu plus tendu et ses yeux, plus grands et inquiets.

Fait intéressant, lorsque Madame Clinton parle, nous pouvons savoir à quel moment Trump a déjà une réponse ou quelque chose à dire, car sa bouche s'entrouvre, il replace son micro et il se prépare à parler en s’humectant les lèvres. La question à se poser; écoute-t-il le reste de la réponse de Clinton malgré qu’il pense déjà à sa réplique? Pas pour les minutes qui suivent, mais il revient à l’écoute lorsqu’il se met à cligner à nouveau des paupières.

L’avortement

L'avortement fait l'objet d'échanges corsés.

Sujet AVORTEMENT bad90Clinton défend le droit des femmes à l’avortement alors que le candidat républicain défend sa position pro-choix. Madame Clinton est plutôt émotive sur ce point, puisque ses yeux descendent toujours vers le bas (Image de gauche), démontrant qu’elle retourne dans ses pensées, dans son monde. Son ton de voix est tonique et plus grave, transparaissant son engagement émotif sur le sujet.

L’immigration

Concernant l’immigration, Clinton aborde ce sujet avec une gestuelle rassembleuse, c’est-à-dire mains en rondeur devant elle.

Trump a une gestuelle incohérente qui se situe en plein centre lorsqu’il parle d’expulser les immigrants. Les gestes logiques auraient été vers l’extérieur pour désigner «physiquement» l’expulsion.

Frontières

MAIN DROITE TENDUE AVEC DOIGTS COLLES bb102Lorsque Clinton parle des frontières, ses doigts sont collés et tendus démontrant un grand stress (image de droite). De plus, pouvons observer une micro démangeaison en dessous du nez suite à ses propos, signifiant un non-dit, quelque chose qu’elle garde pour elle. Elle venait tout juste de terminer sa phrase. En bon synergologue, nous lui aurions demandé si elle avait quelque chose de supplémentaire à ajouter.

Poutine

Lorsque le sujet tombe sur Vladimir Poutine, Clinton n'utilise que sa main droite, nous indiquant un contrôle et une assurance dans son discours.

Trump, lui, est énervé. Sa gestuelle est soudainement saccadée et tendue.

C’est un sujet que nous aurions pu creuser davantage avec eux, surtout sur la relation qu’ils ont avec Poutine. Le trouble semble se trouver à cet endroit.

Allégations d’agressions

Le manque d’assurance et d’ancrage est très facile à voir chez Trump. En effet, son épaule gauche baisse en position d’hésitation, d’arguments faibles. Son corps fait une rotation vers l’avant-gauche et il se tient fermement après le lutrin, question de se sentir plus solide lorsqu’il ne l’est pas autant qu’il ne le laisse paraitre.

Nous pouvons voir ce manque d’assurance de Trump lors du sujet qui touche les allégations des agressions sur les femmes. D’ailleurs, il est très énervé, sourcils élevés, gestuelle saccadée, ce sujet le rend anxieux. Il se tient fermement sur son lutrin et il dit : «Personne ne respecte les femmes autant que moi.», au même moment, sa position est d'hésitation, épaule gauche en avant, main en dissociation.

Sur ce même sujet, Madame Clinton est plutôt sensible, ses yeux tombent de nouveau vers le bas, dans un retour émotif.

Derniers mots

Lors des derniers points que les deux candidats ont eu la chance d’exprimer, Trump ne regarde pas le public et choisit plutôt d’utiliser des mots qui concernent la peur.

Clinton est en axe sagittal supérieur avec son menton surélevé et regarde directement vers le public. Elle donne une impression d’assurance et de fierté.

En vrac 

  • Les yeux de Trump se crispent lorsqu’il doute des propos de son adversaire et seulement son œil droit se crispe lorsqu’il est en stress de performance au niveau du discours. D’ailleurs, ce même œil revient en taille normale lorsque ce stress est apaisé.
  • Lorsque Clinton sent qu'un sujet est chaud pour elle et qu'elle devra se défendre, elle piétine sur place, nous indiquant un manque d'ancrage.
  • Un point fort dans le débat pour le synergologue en nous, est le moment où Trump parle avec la paume de sa main vers l’avant, indiquant une dissociation (un stop!), il dit : «chacun son chemin». Ces propos viennent alors appuyer son geste.
  • Il semble y avoir un bon défi pour Clinton sur la possibilité de concurrencer les autres pays, nous pouvons voir son axe rotatif droit, indiquant la vigilance, la distance et la difficulté dans la relation. Par contre, elle démontre une assurance sans borne pour stimuler l’alliance des pays. Son épaule droit plonge vers l’avant, démontrant une position d’attaque et d’arguments forts.
  •  Trump parle de la machine économique et de faire beaucoup d'argent, sa gestuelle est très haute et engagée. Il aime ce sujet.
  • Lorsque Trump lance vers le haut son index, le doigt du «Je», ceci nous indique qu'il veut dominer la discussion. Il le fait de façon constante, paume vers l’avant. Les deux items combinés démontrent sa volonté de prendre la parole, de dominer le discours et d’établir une barrière entre les autres et lui.
  • Clinton semble beaucoup plus posée et confiante en général dans ce troisième face à face comparativement aux deux débats précédents, mais sa gestuelle manque encore de vitalité et d’ampleur.
  • Lorsque Trump dit : «Clinton a quelque chose de plus que moi», on peut alors observer une micro-expression de colère par ses crocs soudainement visibles.
  • En ce qui concerne l’entourage des deux candidats, nous pouvions observer une constante lors des trois débats. Clinton avait comme mission d’aller remercier le public et son entourage en les touchant avec une impression de chaleur. L’entourage de Monsieur Trump était plutôt distant, moins d’échange de regards et moins de contact.

Christine Gagnon, Synergologue
Linked In | Facebook | Twitter | IQS