DONALD TRUMP vs HILLARY CLINTON – LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES (2 de 3)

Débat 2016 - 2 de 3

Pour une deuxième fois, les candidats démocrate et républicain à la présidence américaine se sont affrontés hier soir dans un 2e débat. Cette fois, c’est sous une tout autre formule qu’Hillary Clinton et Donald Trump ont croisé le fer; la majorité des questions étaient posées par des électeurs indécis choisis via un sondage et par le public présent au débat.

Mais d’abord, rappelons quelques-uns des éléments observés lors du 1er débat :

Donald Trump, candidat républicain

  • Trump avait  des mimiques faciales enfantines, ce qui avait comme effet de ridiculiser les propos de son interlocuteur
  • Trump s’est exprimé souvent avec la paume de la main face à son auditoire, érigeant un mur entre eux et lui
  • Trump nous a présenté un corps rigide, impulsif et combattant
Hillary Clinton, candidate démocrate
  • Clinton regardait rarement Trump, elle s’intéressait peu à lui
  • La gestuelle de Clinton manquait d’amplitude
  • Clinton nous a présenté un corps calme, mais solide 

Revenons maintenant à la soirée d’hier…

Conférence de presse « surprise » de Trump

Une élection présidentielle a parfois sa part de surprises et de rebondissements : celle-ci ne fait pas exception.   Œil pour œil, dent pour dent ! À vous de décider…

En pleine tempête à la suite de révélations concernant des propos misogynes et vulgaires envers les femmes, Trump choisit de réparer les dégâts en tentant d’en causer à sa rivale via une conférence de presse surprise quelques minutes seulement avant le débat. Il était accompagné de trois femmes accusant Bill Clinton de les avoir agressées sexuellement. 

Sans trop s’attarder sur ce sujet, analysons tout de même cette photo tirée d’un extrait de la conférence.

Conference de presse DTrump 8809f

Égal à lui-même,Donald Trump démontre son autorité par deux items bien clairs : les mains en boucle secondaire, en forme de V, les doigts à l’horizontale.  Ces mains forment une certaine pyramide et nous dévoilent une domination dans le sujet évoqué.  Il confirme cet item par un axe sagittal supérieur que l’on peut voir par son menton surélevé. Il domine l’environnement et démontre qu’il est le maître de son sujet.

Les mains des trois femmes sont plutôt en boucle secondaire, dite couteaux fermés, car les doigts sont entrecroisés aussi à l’horizontale. Ces mains croisées dévoilent une protection, une retenue. 


2e débat - Université Washington de St. Louis au Missouri

L’arrivée de Trump

Dès leur arrivée, à la sortie de leur véhicule, on peut immédiatement voir si la stratégie des candidats a été modifiée, car les caméras sont déjà braquées sur eux.

Dans le cas de Trump, il marchait lentement, bras le long du corps avec peu de balancement, épaules légèrement tombantes et petit sourire.  Ce rythme est utilisé pour démontrer une assurance et un calme face au défi, mais son sourire manquait de sincérité.  Il s’agissait en fait d’un sourire de politesse, car l’émotion positive habituellement retrouvée n’y était pas.  Trump a eu la même démarche à son arrivée sur le plateau, démontrant à tous qu’il était en contrôle de la situation sans que rien ne l’énerve.

La famille et l’entourage

Il est toujours intéressant d’analyser ceux qui entourent les candidats afin de se donner une idée générale du type de communication présente entre eux. Comme dans le premier débat, l’interaction familiale ne s’est pas modifiée.


Famille Clinton 2e debat dfe24Famille Trump 2e debat 0f763

 

 

 

 

La famille Clinton est beaucoup plus chaleureuse : discussions réelles, regards et contacts physiques durant l’attente.

Tandis que la famille Trump démontre de la froideur : aucune interaction ni même d’échange de regard.

En fait, ces observations se transposent dans le type de communication des leaders dès leurs premières réponses du débat !

Clinton a pris soin de montrer un intérêt relationnel, non pas à l’audience, mais en regardant qui lui avait posé une question.  Elle s’est dirigée vers cette personne, torse vers l’autre, démontrant qu’elle était là, entière  avec son interlocuteur. 

Trump, lui, accentue son attention sur le public en général et la caméra en bon vendeur. Cette attitude de froideur face à son interlocuteur direct indique une distance relationnelle.

Nous pouvions donc prévoir leur type de communication en observant leurs échanges avec l’entourage.

Poignée de main traditionnelle…?

Avez-vous remarqué que les deux candidats ne se sont pas serré à la main au début du débat ?  Ce moment nous a tous un peu ébranlés…

Par contre, à la fin du débat, nous avons pu voir une poignée de main identique à celle du premier débat :

  • Poignee de main 6e205Trump qui s’avance vers Clinton, torse vers elle, la prenant avec la main gauche afin de bien l’envelopper et la touchant le dernier, comme un leader qui réconforte. 
  • Clinton, pour sa part, se garde une bonne réserve émotive en éloignant son côté gauche de Trump, côté de la spontanéité des émotions. Cette réserve fait également en sorte qu’elle reste devant la caméra.
Les yeux ! Étrangement, Trump a brièvement, mais fortement réagi lorsque le présentateur a commencé avec le sujet entourant ses propos misogynes. Ses yeux se sont agrandis durant moins d’une seconde, ce qui est tout à fait normal dans cette situation. Malgré qu’il ait été bien préparé pour cette question, cela l’a tout de même dérangé.

Lorsque Clinton débutait une réponse où elle était moins confiante de ses propos, nous pouvions voir qu’elle évitait de regarder les gens. Son attention était clairement portée à trouver une piste et un objectif à son idée. Lorsqu’elle avait trouvé sa voie, son regard se remettait à balayer l’audience sans problème avec assurance.

Langue de vipère, sort de cette bouche !

Trump et Clinton se sont échangé quelques langues de vipère durant le débat. Qu’est-ce qu’une langue de vipère? C’est lorsque la langue sort en plein centre de la bouche très rapidement et qu’elle pointe vers l’avant comme si elle voulait «puncher» l’autre.  Il s’agit d’un mouvement de rejet et/ou d’énervement.

Trump l’a fait lorsque Clinton l’a accusé de ne jamais offrir d’excuses réelles citant en exemple le cas où il a insulté un juge à cause de l’origine de ses parents.  Et au tour de Clinton de répliquer elle aussi par une langue de vipère lors de la discussion sur les fameux courriels.

À retenir :

  • Comme lors du premier débat, Trump fait des mimiques enfantines et s'en tient à son langage simple et ses mots chocs !  
  • Trump se promène en conquérant, utilisant tout l'espace permis pour ainsi dominer l'environnement. Il prenait ainsi sa place empiétant même sur celle de Clinton. Il voulait se faire voir et montrer son aisance. Cette activité physique démontre une certaine émotion hypertonique, un désir d’être beaucoup plus  réactif impulsivement qu’il ne le laissait paraitre par sa stratégie d’homme calme lors de son arrivée.
  • Clinton a pris beaucoup plus d'espace que lors du 1er débat. Ses gestes étaient plus amples et elle a même pris «la place» de Trump en se dirigeant dans son espace. Elle a ainsi démontré qu’elle n’était pas soumise à la présence physique de son rival.
  • Après le débat, Mme Clinton a trouvé très important de remercier immédiatement le public par des poignées de mains et des échanges. Trump a alors réalisé qu’il devait faire de même et s’y est dirigé.

Observations en vrac…

ARG Hillary ClintonPuisqu’il y a un manque de preuve dans l’histoire des courriels, Clinton va chercher son auditoire avec un axe rotatif gauche, c’est-à-dire que la partie gauche de son visage est plus présente, démontrant une douceur dans le désir de convaincre l’audience, témoignant d’une connivence.
Concernant les propos sur l’islamophobie, Trump a eu un certain stress au départ du sujet.  Il l’a démontré par l’axe latéral droit de sa tête, une certaine rigidité du cou et une distance avec l’autre. Ce sujet ne le rendait pas confortable.

Lorsque Clinton dit :«me battre contre l'état islamique», elle place ce sujet à sa droite dans l’espace, ce qui nous dévoile l’ordre de ses priorités : elle place ce sujet en deuxième, après son but d’avoir un pays uni.

Trump affirme : «on laisse entrer des stupéfiants» et les coins de sa bouche descendent.  Signe de peur, ce  sujet est difficile, presque épeurant.

Le sujet de la Russie a soulevé une gestuelle dans les deux camps. Lorsque Trump parle de sa relation avec la Russie, sa gestuelle à droite est beaucoup plus saccadée dévoilant une  augmentation de son énervement. Il aurait été intéressant d’aller creuser ce détail. En fait, lui et Clinton placent la Russie vers l'extérieur avec leurs gestes, indiquant une distance face à ce pays.

Disposition fiscale: Trump positionne sa tête en axe latéral droit et bouge beaucoup moins sur le plateau indiquant un manque d'assurance sur ce sujet.

Clinton utilise la main droite(contrôle du sujet)lorsqu'elle devient plus autoritaire et ferme, puis sa main gauche(spontanéité) lorsque le sujet est plus fluide pour elle.

Trump est tellement habitué de dire que Clinton ment que le corps des 2 leaders ne démontre plus aucune réaction de surprise ou de combat.

Lorsque Trump s’appuie sur l’arrière de sa chaise, nous pouvons conclure que ce n’est qu’un soutien physique puisqu’il a été longtemps debout. Dans ce cas-ci, aucune conclusion de barrière ne peut être évoquée. 

S C 2 Trump Lorsque Clinton parle de la sélection des juges, Trump se positionne en argument faible derrière sa chaise : il se positionne en avant de celle-ci, mais à gauche.   Par contre, nous pouvons repérer le moment où il trouve un argument fort, puisque son corps se relève et il contourne la chaise pour se positionner, prêt à parler.

Lors de l’échange forcé de compliments, Donald Trump est touché des commentaires de Clinton sur ses enfants, démontré par son sourire sincère. Le compliment de Trump sur Clinton était pour sa part beaucoup moins émotif.


Rendez-vous le 19 octobre 2016 sur mon Facebook pour une analyse vidéo en direct ainsi que sur Twitter pour une couverture en simultanée du troisième et dernier débat. 

Christine Gagnon, Synergologist
Linked In | Facebook | Twitter | IQS